Si un lien a dirigé le visiteur de ce blog vers un article,

celui-ci est ouvert à la suite de l'avant-propos.

Pour en lire un ou plusieurs autres,

faire son choix en fonction des thèmes (libellés)

énoncés dans la colonne de gauche, sous l'avant-propos.



AVANT-PROPOS

Extrait d'un article pouvant être lu en entier à l'adresse ci-après https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2020/04/introduction-la-pyramidologie-sociale.html

Que la société des hommes soit hiérarchisée et tissée d’interdépendances n’implique, de la part de ceux qui se rendent à cette évidence, ni résignation ni le moindre abandon de la plus petite parcelle de ce qui les distingue du reste du vivant connu, qui est leur volonté et leur capacité de toujours améliorer leur condition.

Et reconnaître la pyramide comme représentative de cette société, n’est pas davantage s’égarer dans l’ésotérisme.



C’est, pragmatiquement, une façon de discerner par l’observation de la réalité, sans davantage de prétentions scientifiques que métaphysiques, l’origine profonde des maux d’ordre sociétal dont souffre l’humanité, et se donner ainsi la possibilité de les combattre en connaissance de cause. Car au lieu de cela, plus l’homme s’avance sur le chemin du progrès, moins la vanité qu'il en tire tolère cette vision pyramidale de sa condition, allant jusqu’à la refuser sous prétexte d’incompatibilité, tant avec sa dignité qu’avec son idéal de justice sociale. Or la cause majeure des difficultés qu’il éprouve dans la poursuite d’un tel idéal ne résulte-t-elle pas précisément de son aveuglement, puisqu’il se prive ce faisant d’un moyen essentiel de connaître, au-delà de ses croyances religieuses, politiques, économiques et sociales érigées en dogmes, les lois et mécanismes fondamentaux qui régissent ses rapports avec ses semblables et leur environnement commun ? Qui peut prétendre avoir jamais vaincu un ennemi qu’il n’a pas identifié ?

Ce sont ces mécanismes qu'étudie la pyramidologie sociale, dans leur vérité parfois cruelle mais fondamentale, mettant en évidence la relation incontournable qui existe entre la structure de la société humaine, le nombre de ceux qui la composent, et l’accroissement constant de leurs richesses communes ; matérielles ou immatérielles ; naturelles comme résultant de l’ensemble des activités et autres apports de ses membres, quel que soit le groupe considéré, jusqu'au niveau mondial.

lundi 23 décembre 2013

Il n'est de richesse que d'hommes

Il n'est de richesse que d'hommes


Quand le taux de pauvreté dans le monde aurait été réduit de moitié en vingt ans, "taux de pauvreté" et "pauvreté" n'ont pas la même signification, d'autant que outre les variations de valeur comme de parité des monnaies, le revenu minimum estimé des pauvres profonds varie, selon les sources, de 1 dollar à 2 dollars/jour, (ce qui va tout de même du simple au double). Si ce revenu de référence peut être ajusté, la pauvreté elle, ne baisse pas ; elle augmente au contraire inexorablement ; quelle que soit l'aune à laquelle elle est mesurée, elle s'adapte à la démographie, les pauvres se multipliant à une cadence qui est 20 fois celle des riches.

Pauvreté et richesse, sont des discriminants sociétaux, héréditairement structurels, aussi relatifs qu'incontournables ; et les inégalités de toutes sortes qui en résultent viennent s'ajouter à celles pouvant être qualifiées de naturelles et qui sont les premières à distinguer les individus les uns des autres.

En occident comme ailleurs, dans les pays développés comme dans les autres, la société des hommes est, a toujours été et sera jusqu’à sa fin, faite d’inégalités. Comme les riches y sont plus rares que les pauvres, l’exception s'y distingue de la généralité ; le pouvoir du peuple, la force de la faiblesse, l’intelligence de la sottise, le savoir de l’ignorance , etc. ; dans tous leurs aspects. Et plus les richesses augmentent – qu’elles soient d’ordre matériel ou immatériel –, plus s’accroît l’écart entre le sommet d'une pyramide sociale qui n’a pas d’autres limites que les ressources de la planète et l'avidité de ceux qui les convoitent avec, à l’opposé, une base inamovible coïncidant avec le niveau zéro de la richesse, au-dessous duquel nul ne peut descendre.

A l'appui de cette réalité fondamentale, il existe des chiffres et un mécanisme vieux comme le monde, dont il serait grand temps de prendre clairement conscience, pour tenter de secourir durablement les plus nécessiteux d’entre nous : À l’aube de notre ère, la Terre était peuplée d’environ 250 millions d’êtres humains. Elle en compte près de 8 milliards aujourd’hui, dont 1 milliard à 1 milliard et demi vivraient un état de pauvreté profonde. L’homme a ainsi créé, en 20 siècles, 5 fois plus de miséreux qu’il y avait d’êtres humains de toutes conditions sur terre au début de son entreprise civilisatrice, et chaque jour, plus de 250 000 individus s'ajoutent à la population terrestre, qui devrait atteindre 9 milliards vers 2050 et dépasser 11 milliards au début du prochain siècle. Par l'effet de la structure de la société et du sort qui les a fait naître tels qu'ils sont, pénalisés par des taux de natalités les plus élevés, les pauvres – qui ne peuvent enfanter que des pauvres quels que soient leur parcours par la suite – représentent la grande majorité de ces nouveaux arrivants et vont s'ajouter à ceux qui occupent déjà la base de la pyramide sociale. Et c'est ainsi :
- Que pauvreté, inégalités, pillage des ressources naturelles sont autant de maux contre lesquels les politiques environnementales, économiques et sociales des États, comme des collectivités qui les composent, ne peuvent avoir de sens que si sont pris en compte les fondamentaux de la démographie mondiale et les problèmes de surpopulation qu'elle génère inexorablement, au détriment d'une planète mutilée de toutes parts et par voie de conséquence, des espèces qui la peuplent.
- Que si la pauvreté augmente, si les inégalités se creusent, si les désordres et les violences se multiplient, les raisons en sont avant tout l'accroissement considérable de la population et celle de la richesse globale qu'une partie de cette même population génère par son activité, avec l'aide des sciences et des techniques, quelles que soient les conditions du partage de cette richesse.

La croissance démographique – sujet tabou que trop peu d'experts osent aborder – est à l'origine de tous nos maux et en particulier du développement de la pauvreté. Et ceux qui, dans de grands élans de générosité inspirés aussi bien du marxisme que du christianisme et autres doctrines et idéologies ayant toutes prouvé leur impuissance dorénavant bi-millénaire, veulent imposer la dictature du prolétariat ou pour le moins leur vision compassionnelle de cette pauvreté, sont en réalité, par incapacité de concevoir ou refus d'affronter la réalité, les promoteurs de cette dernière, au détriment premier de ceux qui en souffrent. Croyant ou prétendant lutter pour ces derniers, ne s'obstinent-ils pas à entretenir une lutte des classes dont les avatars prouvent dorénavant l'archaïsme ? Ne sont-ils pas davantage préoccupés – dans leur impuissance –, à rejeter sommairement sur la seule collectivité, la responsabilité du destin des pauvres que du partage des richesses du monde ? Ne négligent-ils pas ce faisant, la part prépondérante qui en incombe à chacun, pauvres compris ? Quel que soit le sort de chacun, il est d'abord dû à sa naissance, et vouloir l'ignorer ne fait que retourner l'angoisse et la colère des plus déshérités contre eux-mêmes, les enfonçant toujours plus dans leur condition en perdant de vue qu'elle est avant tout due aux hasards de sa naissance. C'est par conséquent sur ce terrain qu'il faut la combattre, en luttant contre les effets d'un nombre puis d'un surnombre qui nous éloigne chaque jour un peu plus du bonheur auquel nous aspirons.

"Il n'est de richesse que d'hommes" ont proclamé Jean Bodin et quelques autres économistes bien pensant, avant qu'il soit maintenant question de “potentiel” ou de “capital humain”.  mais de quoi est faite exactement cette richesse ? Au prix de quelle misère et avec quelles perspectives ? Qui en fait les frais ? À qui profite-t-elle ? De quel respect, de quelle considération l'Individu est-il l'objet, dans une telle affirmation ? Là sont les véritables questions que devrait se poser une société plus désireuse de voir croître le nombre de ses membres que soucieuse de leur bonheur.