Si un lien a dirigé le visiteur de ce blog vers un article,

celui-ci est ouvert à la suite de l'avant-propos.

Pour en lire un ou plusieurs autres,

faire son choix en fonction des thèmes (libellés)

énoncés dans la colonne de gauche, sous l'avant-propos.



AVANT-PROPOS

Extrait d'un article pouvant être lu en entier à l'adresse ci-après https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2020/04/introduction-la-pyramidologie-sociale.html

Que la société des hommes soit hiérarchisée et tissée d’interdépendances n’implique, de la part de ceux qui se rendent à cette évidence, ni résignation ni le moindre abandon de la plus petite parcelle de ce qui les distingue du reste du vivant connu, qui est leur volonté et leur capacité de toujours améliorer leur condition.

Et reconnaître la pyramide comme représentative de cette société, n’est pas davantage s’égarer dans l’ésotérisme.



C’est, pragmatiquement, une façon de discerner par l’observation de la réalité, sans davantage de prétentions scientifiques que métaphysiques, l’origine profonde des maux d’ordre sociétal dont souffre l’humanité, et se donner ainsi la possibilité de les combattre en connaissance de cause. Car au lieu de cela, plus l’homme s’avance sur le chemin du progrès, moins la vanité qu'il en tire tolère cette vision pyramidale de sa condition, allant jusqu’à la refuser sous prétexte d’incompatibilité, tant avec sa dignité qu’avec son idéal de justice sociale. Or la cause majeure des difficultés qu’il éprouve dans la poursuite d’un tel idéal ne résulte-t-elle pas précisément de son aveuglement, puisqu’il se prive ce faisant d’un moyen essentiel de connaître, au-delà de ses croyances religieuses, politiques, économiques et sociales érigées en dogmes, les lois et mécanismes fondamentaux qui régissent ses rapports avec ses semblables et leur environnement commun ? Qui peut prétendre avoir jamais vaincu un ennemi qu’il n’a pas identifié ?

Ce sont ces mécanismes qu'étudie la pyramidologie sociale, dans leur vérité parfois cruelle mais fondamentale, mettant en évidence la relation incontournable qui existe entre la structure de la société humaine, le nombre de ceux qui la composent, et l’accroissement constant de leurs richesses communes ; matérielles ou immatérielles ; naturelles comme résultant de l’ensemble des activités et autres apports de ses membres, quel que soit le groupe considéré, jusqu'au niveau mondial.

vendredi 27 septembre 2019

Réjouissons-nous, la stupidité rajeunit !

Chaque génération a reproché aux précédentes leur incapacité à résoudre des problèmes qui sont imputables à l’espèce, dans un refus qui n'a pas d'âge, de reconnaître les fondamentaux de la condition humaine, qui voudrait que « Si les hommes ont des obligations à l’égard des êtres qui ne sont pas encore… ; elles ont pour objet le bien-être général de l’espèce humaine ou de la société dans laquelle ils vivent, de la famille à laquelle ils sont attachés, et non la puérile idée de charger la terre d’êtres inutiles et malheureux » Condorcet


La pyramide sociale dicte sa loi, après qu’elle ait acquis une dimension planétaire par le mondialisme, lui-même résultant d’un progrès scientifique et technique auquel les hommes ont toujours aspiré pour satisfaire la volonté et la capacité d'améliorer sans cesse leur condition, qui les distinguent des autres espèces animales. Ceci pendant que tous les pouvoirs avaient et continuent d’avoir pour premier souci le grossissement des rangs de leurs fidèles ou de leurs sujets plutôt que leur bien-être.

A ainsi été encouragé une croissance démographique démesurée selon laquelle, en raison justement du caractère incontournablement pyramidal de notre société, les pauvres se multiplient à un cadence qui peut atteindre 20 fois celle des riches, selon la partition de la pyramide sociale. Nous vivons ce qui n’est que le début d’une telle inconséquence, pour ne pas parler de stupidité collective – dans laquelle jeunes et vieux sont étroitement liés –, qui néglige le fait que l'empreinte écologique de l'humanité, qui atteint sensiblement deux fois ce que lui offre son habitat, ne cesse d'augmenter en dépit de l'avertissement lancé il y a 50 ans par le Club de Rome, aujourd'hui mis en accusation, après Malthus, pour son manque de ponctualité.
Parce qu’il doit impérativement ne serait-ce que se nourrir, se vêtir, se loger et se soigner, l’homme est avant toute autre opinion ou considération, un consommateur aux dépens de son environnement, depuis sa conception jusqu’après sa mort, et se double d’un producteur dès qu’il est en âge de travailler. Et plus le nombre de ces agents augmente, plus leurs besoins s’accroissent et plus ils produisent, avec l'aide du progrès scientifique et technique.
Comment nier cette évidence et ses conséquences, dans leur rapport avec le caractère incontournablement pyramidal de notre société, dû au fait que richesse et pauvreté existent l'une par l'autre et qu'un destin aveugle assigne à chacun, à sa naissance – quels que soient les aléas heureux ou malhaureux de son parcours par la suite –, sa place au sein de cette pyramide sociale dans laquelle les pauvres se multiplient structurellement à une cadence qui peut être de 5 à plus de 20 fois celle des riches ? Jusqu’où irons-nous, alors qu'elle s’hypertrophie toujours plus, sous la pression de 250 000 êtres humains supplémentaires qui viennent s'ajouter quotidiennement à sa population et que son sommet s’éloignant ainsi incessamment de sa base, les écarts de richesse entre ses occupants se creusent inéluctablement d’autant ?
Tant à des fins environnementales que sociétales, une forme d’écologie répondant aux attentes de toutes les autres s’impose d’urgence : l’ÉCOLOGIE DÉNATALISTE*.
Aucune protestation, grève et autres manifestations de masse, d'où qu'elles viennent, n'y changeront rien.

* La transition démographique est telle qu'après que la population humaine mondiale ait augmentée, en moyenne, de 11 000 individus chaque jour depuis le début de notre ère, ce chiffre passera à plus de 17 000 dans moins d'un siècle.

dimanche 15 septembre 2019

Inégalités sociales et revenu universel


Les inégalités sociales n'ont pas d'autre histoire que celle de la relation économie-démographie. Et si nous ignorons cela, nous ne pourrons jamais :
- ni les maîtriser
- ni éradiquer la pauvreté profonde
- ni nous réconcilier avec notre environnement.
Avant l'enfance ou toute autre considération il y a la naissance, dont les hasards insèrent chacun dans la pyramide sociale selon ses antécédents génétiques, sociaux et culturels. Et c'est là qu'est le problème que ne saurait résoudre la lutte des classes. Richesse et pauvreté sont relatives en tout et un pauvre ne peut enfanter que des pauvres, comme un riche ne peut donner naissance qu'à des riches, quels que soient les aléas heureux ou malheureux de l'existence de chacun par la suite.

Par ailleurs, si l'enrichissement (en tout) n'a d'autres limites que celles de l'ambition de ceux qui le convoitent et les ressources dont il est tiré, LA PAUVRETÉ A LA SIENNE, QUI EST LE NIVEAU ZÉRO DE LA RICHESSE.

C'est cette incontournable condition qu'il faut vaincre, non par un combat sommaire qui ne fait que l'aggraver dans une stérilité qui s'est affirmée depuis des millénaires, mais en “isolant” la pauvreté profonde du niveau zéro de la richesse, au moyen d'un revenu universel minimum et inconditionnel, sachant que les inégalités sociales ne peuvent et n'ont fait qu'augmenter depuis la nuit des temps, en suivant l'évolution constante du binôme démographie-économie, avec toutes conséquences sur notre environnement.

Certains pourront trouver trop schématique ce qui précède. Ils doivent savoir que le G7 apporte la preuve qu'avec une constance n'ayant d'égal que l'aveuglement de nos leaders politiques, encouragés par la plupart de nos économistes, sociologues et autres experts en sciences dites humaines à méconnaître les véritables causes de ces plaies de notre société que sont la pauvreté profonde et les inégalités sociales. Et le plus affligeant est que leur opiniâtreté résulte de leur attachement à des indices d'une portée notoirement insuffisante, comme l'exprime par exemple, ingénument, l'article récemment publié par Libération https://www.lci.fr/international/les-pays-du-g7-sont-ils-vraiment-les-champions-des-inegalites-2129962.html et plus précisément son dernier paragraphe : « Les inégalités peuvent être mesurées grâce au coefficient de Gini. C'est un indicateur synthétique sur la distribution des revenus qui varie de 0 à 1. Ici, il sera multiplié par 100, afin d'obtenir un pourcentage. Cet indicateur fonctionne de la manière suivante : dans le cas idéal, chaque habitant touche exactement le même revenu, le coefficient de Gini est alors nul. Dans le pire des cas, un seul habitant capte l'intégralité du revenu et le coefficient de Gini est alors égal à 100. Donc, plus le pourcentage est élevé, plus le pays est inégalitaire. »

Sans pondération par la croissance démographique ni économique – sans parler de l'aberration consistant à amalgamer revenu et patrimoine – le recours à un indice se rapportant au seul revenu des populations concernées n'explique-t-il pas leur impuissance autant à maîtriser les inégalités sociales qu'à éradiquer la grande pauvreté ? Cette impuissance ne serait-elle pas le fruit amer d'une soumission à la dictature des sentiments et de l'émotion, d'une pensée dominante devant tout à un marxisme aussi archaïque que sa lutte des classes, refusant et allant même jusqu'à nier tant la condition humaine – dans ce qu'elle a de plus fondamental – que les effets du binôme démographie-économie ; ce qui revient à se tromper d'ennemi ou pour le moins à ne voir que l'arbre qui cache la forêt ?

Pour s'en convaincre :
- Pour un Revenu Universel Minimum et Inconditionnel - Le RUMI https://docs.google.com/document/d/1zaf8g5oOnn31v-pyjiNjBL5wLcYrT2PbKvZwum3BWqA/edit
- Avec ou sans G7, vaincre la pauvreté et les inégalités sociales, rien ne change !