Si un lien a dirigé le visiteur de ce blog vers un article,

celui-ci est ouvert à la suite de l'avant-propos.

Pour en lire un ou plusieurs autres,

faire son choix en fonction des thèmes (libellés)

énoncés dans la colonne de gauche, sous l'avant-propos.



AVANT-PROPOS

Extrait d'un article pouvant être lu en entier à l'adresse ci-après https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2020/04/introduction-la-pyramidologie-sociale.html

Que la société des hommes soit hiérarchisée et tissée d’interdépendances n’implique, de la part de ceux qui se rendent à cette évidence, ni résignation ni le moindre abandon de la plus petite parcelle de ce qui les distingue du reste du vivant connu, qui est leur volonté et leur capacité de toujours améliorer leur condition.

Et reconnaître la pyramide comme représentative de cette société, n’est pas davantage s’égarer dans l’ésotérisme.



C’est, pragmatiquement, une façon de discerner par l’observation de la réalité, sans davantage de prétentions scientifiques que métaphysiques, l’origine profonde des maux d’ordre sociétal dont souffre l’humanité, et se donner ainsi la possibilité de les combattre en connaissance de cause. Car au lieu de cela, plus l’homme s’avance sur le chemin du progrès, moins la vanité qu'il en tire tolère cette vision pyramidale de sa condition, allant jusqu’à la refuser sous prétexte d’incompatibilité, tant avec sa dignité qu’avec son idéal de justice sociale. Or la cause majeure des difficultés qu’il éprouve dans la poursuite d’un tel idéal ne résulte-t-elle pas précisément de son aveuglement, puisqu’il se prive ce faisant d’un moyen essentiel de connaître, au-delà de ses croyances religieuses, politiques, économiques et sociales érigées en dogmes, les lois et mécanismes fondamentaux qui régissent ses rapports avec ses semblables et leur environnement commun ? Qui peut prétendre avoir jamais vaincu un ennemi qu’il n’a pas identifié ?

Ce sont ces mécanismes qu'étudie la pyramidologie sociale, dans leur vérité parfois cruelle mais fondamentale, mettant en évidence la relation incontournable qui existe entre la structure de la société humaine, le nombre de ceux qui la composent, et l’accroissement constant de leurs richesses communes ; matérielles ou immatérielles ; naturelles comme résultant de l’ensemble des activités et autres apports de ses membres, quel que soit le groupe considéré, jusqu'au niveau mondial.

mercredi 14 septembre 2016

Le Pape, Condorcet et la surpopulation

« Certains croient, excusez-moi du terme, que, pour être bons catholiques, ils doivent être comme des lapins » Le Parisien.fr, 19 janvier 2015
« Certains croient que – pardonnez-moi l’expression – pour être de bons catholiques, on doit être comme des lapins » Le Figaro.fr, 20 janvier 2015
Tel est le message que le Pape François, rompant avec un dogme sacralisé par toutes les religions, délivrait au monde il n’y a pas si longtemps, au retour d’un voyage durant lequel il avait été directement confronté aux profondeurs de la misère régnant dans un bidonville de Manille, bidonville comme il en existe de plus en plus nombreux et de plus en plus démesurés sur terre. Il exprimait de la sorte, en termes exceptionnels, ce que ressentent tous ceux qui perçoivent la coïncidence entre l’accroissement des maux dont est frappée l’humanité et sa démographie galopante ; il a ainsi contribué à ouvrir les yeux de tous sur des perspectives en la matière, que nul n’ose imaginer, à part quelques esprits clairvoyants dont les avertissements ne sont entendus que pour être aussitôt submergés par les sophismes que dictent la peur et l’hypocrisie.

« … s’ils ont [les hommes] des obligations à l’égard des êtres qui ne sont pas encore ; elles ne consistent pas à leur donner l’existence, mais le bonheur ; elles ont pour objet le bien-être général de l’espèce humaine ou de la société dans laquelle ils vivent, de la famille à laquelle ils sont attachés, et non la puérile idée de charger la terre d’êtres inutiles et malheureux…, sans qu’il en résultât cette destruction prématurée, si contraire à la nature et à la prospérité sociale d’une partie des êtres qui ont reçu la vie. » Ainsi s’exprimait Condorcet, il y a un peu plus de deux siècles (cf. Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain. GF Flammarion – Janvier 1988 – Page 283), au moment où son contemporain Malthus intervenait – à sa manière et après bien d’autres – sur la question de la surpopulation.

Même si l’audience et l'autoritéd’unPapen’ont pas épargné à ses proposd’être rapidement étouffés par ceux qui dans son entourage refusent l’évidence, n’est-il pas significatif que deux grands courants de pensée aussi antagonistes que peuvent l’être celui émanant des lumières de la Révolution française et cet autre né des Évangiles au nom duquel s’exprime unsouverain pontife, se rejoignent sur l’essentiel ?

Le monde est profondément malade d’unesurpopulation qui frappe la planète d’indigestion, telle est la vérité, aussi crue qu’elle puisse être. C’estun problèmeque nul ne peut désormais refuser de considérer comme réel et sérieux ; nécessitant en conséquence des solutionsappropriées et urgentes ?

Lire aussi : https://claudec-libre-pensee.blogspot.com/2013/01/de-la-foi-selon-lagnostique.html

vendredi 9 septembre 2016

Démographie mondiale : la question du siècle ?


Bravo à TV Liberté pour avoir invité un universitaire qui, osant aborder la géographie des populations et sa dynamique, contribuera à rompre le tabou portant sur notre surpopulation et ses conséquences écologiques et sociétales. Puissent, des statistiques démographiques sans humanisme, y acquérir un sens allant au-delà de l’annonce et surtout de l’attente d’une transition démographique d’ampleur mondiale, dont les effets seront désormais insignifiants parce que beaucoup trop tardifs.

Merci à Gilles Ardinat pour ses propos accessibles à tous, et bienvenue au club de ceux qu’inquiète le sort d’une espèce que sa proliférationpromet à la submersion par le nombre et aux désastres qui en découleront.


mardi 6 septembre 2016

Condorcet et la surpopulation

« Ainsi, non seulement le même espace de terrain pourra nourrir plus d’individus, mais chacun d’eux, moins péniblement occupé, le sera d’une manière plus productive, et pourra mieux satisfaire à ses besoins.
Mais dans ces progrès de l’industrie et du bien-être, dont il résulte une proportion plus avantageuse entre les facultés de l’homme et ces besoins, chaque génération, soit par le progrès, soit par la conservation des produits d’une industrie antérieure, est appelée à des jouissances plus étendues et, dès lors, par une suite de la constitution physique de l’espèce humaine, à un accroissement dans le nombre des individus ; alors, ne doit-il pas arriver un terme où ces lois, également nécessaires, viendraient à se contrarier ? Où l’augmentation du nombre des hommes surpassant celle de leurs moyens, il en résulterait nécessairement, sinon une diminution continue de bien-être et de population, une marche vraiment rétrograde, du moins une sorte d’oscillation entre le bien et le mal ? Cette oscillation, dans les sociétés arrivées à ce terme, ne serait-elle pas une cause toujours subsistante de misères en quelque sorte périodiques ? Ne marquerait-elle pas la limite où toute amélioration deviendrait impossible, et, à la perfectibilité de l’espèce humaine, le terme qu’elle atteindrait dans l’immensité des siècles, sans pouvoir jamais le passer ?
Il n’est personne qui ne voie sans doute combien ce temps est éloigné de nous ; mais devons-nous y parvenir un jour ? Il est également impossible de prononcer pour ou contre la réalité future d’un événement qui ne se réaliserait qu’à une époque où l’espèce humaine aurait nécessairement acquis les lumières dont nous pouvons à peine nous faire une idée. Et qui, en effet, oserait deviner ce que l’art de convertir les éléments en substances propres à notre usage doit devenir un jour ?
Mais en supposant que ce terme dut arriver, il n’en résulterait rien d’effrayant, ni pour le bonheur de l’espèce humaine, ni pour sa perfectibilité indéfinie ; si on suppose qu’avant ce temps les progrès de la raison aient marché de pair avec ceux des sciences et des arts, que les ridicules préjugés de la superstition aient cessé de répandre sur la morale une austérité qui la corrompt et la dégrade, au lieu de l’épurer et de l’élever, les hommes sauront alors que, s’ils ont des obligations à l’égard des êtres qui ne sont pas encore ; elles ne consistent pas à leur donner l’existence, mais le bonheur ; elles ont pour objet le bien-être général de l’espèce humaine ou de la société dans laquelle ils vivent, de la famille à laquelle ils sont attachés, et non la puérile idée de charger la terre d’êtres inutiles et malheureux. Il pourrait donc y avoir une limite à la masse possible des subsistances, et par conséquent à la plus grande population possible, sans qu’il en résultât cette destruction prématurée, si contraire à la nature et à la prospérité sociale d’une partie des êtres qui ont reçu la vie. »
Condorcet – in Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain. GF Flammarion – Janvier 1988 – Page 283


Condorcet n’a-t-il pas ainsi posé les limites de l’utopie des lumières ? N’aborde-t-il pas en termes plus généraux ; plus intellectualisés et idéalistes ; moins pragmatiquement que son contemporain Malthus, le problème de la surpopulation ? Bien que lorsqu’il parle de la «  puérile idée de charger la terre d’êtres inutiles et malheureux »son vérismen’ait rien à envier à celui de quiconque.

Pour prétendre à la sagesse qu’elles revendiquent, les religions ne devraient-elles pas s’inspirer de Condorcet, pour se maintenir dans un rapport réaliste avec les capacités de leurs ouailles à comprendre et à vivre temporellement leurs messages ? Et n’en est-il pas de même des politiques, quand ils se laissent dominer par leurs idéaux au point d’en faire des chimères ? Et les sciences humaines n’ont-elles pas pour premier devoir d’entendre un tel avertissement, alors qu’elles sont responsables du tabou dont est frappé tout ce qui touche aux questions de surpopulation ? Faut-il leur rappeler – à commencer par des disciplines comme la démographie ou la sociologie – que “science sans conscience n’est que ruine de l’âme” ?

La croyance de Condorcet, et de tous ceux qui comme lui prêtent à l’homme des qualités, dont les faits jalonnant son histoire et l’état de la planète attestent qu’elles lui manquent foncièrement, n’est que la manifestation d’une inconscience et d’une vanité dont la vie sur terre et tout ce qui la peuple paye le prix.
Pas davantage de droits sans devoirs que de buts sans intelligence, discernement et raison ; le premier objectif de l’homme consistant, non pas à se multiplier mais à atteindre le bonheur (dixit Condorcet), sachant que la forme n’en est pas exclusivement matérielle. C’est à ce titre que le respect de l’environnement est le premier des devoirs de l’homme s’il veut, en n’outrepassant pas ses droits, survivre en tant qu’espèce, et que perdure le degré de civilisation qu’il a été capable d’atteindre.



L’humanité a des devoirs et ne peut impunément les ignorer. Il serait à cet égard intéressant de considérer les outrancesdont sont l’objet les valeurs deLiberté, Égalité et Fraternité, que les lumièresont élevées au rang de dogmes – se substituant à d’autres dans la ferveur, ou l’effervescence, révolutionnaire d’une époque –, et ce qu’elles sont objectivement. Mais c’est là une autre affaire, qui pourra faire l’objet d’un prochain article.