Si un lien a dirigé le visiteur de ce blog vers un article,

celui-ci est ouvert à la suite de l'avant-propos.

Pour en lire un ou plusieurs autres,

faire son choix en fonction des thèmes (libellés)

énoncés dans la colonne de gauche, sous l'avant-propos.



AVANT-PROPOS

Extrait d'un article pouvant être lu en entier à l'adresse ci-après https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2020/04/introduction-la-pyramidologie-sociale.html

Que la société des hommes soit hiérarchisée et tissée d’interdépendances n’implique, de la part de ceux qui se rendent à cette évidence, ni résignation ni le moindre abandon de la plus petite parcelle de ce qui les distingue du reste du vivant connu, qui est leur volonté et leur capacité de toujours améliorer leur condition.

Et reconnaître la pyramide comme représentative de cette société, n’est pas davantage s’égarer dans l’ésotérisme.



C’est, pragmatiquement, une façon de discerner par l’observation de la réalité, sans davantage de prétentions scientifiques que métaphysiques, l’origine profonde des maux d’ordre sociétal dont souffre l’humanité, et se donner ainsi la possibilité de les combattre en connaissance de cause. Car au lieu de cela, plus l’homme s’avance sur le chemin du progrès, moins la vanité qu'il en tire tolère cette vision pyramidale de sa condition, allant jusqu’à la refuser sous prétexte d’incompatibilité, tant avec sa dignité qu’avec son idéal de justice sociale. Or la cause majeure des difficultés qu’il éprouve dans la poursuite d’un tel idéal ne résulte-t-elle pas précisément de son aveuglement, puisqu’il se prive ce faisant d’un moyen essentiel de connaître, au-delà de ses croyances religieuses, politiques, économiques et sociales érigées en dogmes, les lois et mécanismes fondamentaux qui régissent ses rapports avec ses semblables et leur environnement commun ? Qui peut prétendre avoir jamais vaincu un ennemi qu’il n’a pas identifié ?

Ce sont ces mécanismes qu'étudie la pyramidologie sociale, dans leur vérité parfois cruelle mais fondamentale, mettant en évidence la relation incontournable qui existe entre la structure de la société humaine, le nombre de ceux qui la composent, et l’accroissement constant de leurs richesses communes ; matérielles ou immatérielles ; naturelles comme résultant de l’ensemble des activités et autres apports de ses membres, quel que soit le groupe considéré, jusqu'au niveau mondial.

dimanche 29 mars 2020

Soleil vert ou Covid19 ?


En ces temps d'angoisse due au Covid-19, dans un récent article repris par Courrier international, le NewYork Times nous fait part de la question que se pose Donald Trump quant au prix d'une vie humaine ; question de première importance dont il est curieux qu'elle ait provoqué aussi peu de réactions chez les esprits éclairés.

Pourtant, pour qui sait laisser un instant de côté ses sentiments et ses émotions, il est évident que dans une société fondée sur la relation entre sa population et son économie ; et son histoire sur l'évolution de cette relation, productifs et improductifs s'y différencient assez pour que cette question en suscite une autre : De quelle vie s'agit-il ?

Si les générations montantes sont les moteurs du développement économique actuel et futur, et à ce titre sont et justifient un investissement indispensable à un progrès lui-même garant de l'amélioration d'une condition à laquelle œuvrent inlassablement les êtres humains depuis qu'ils existent, il n'en est pas de même des improductifs, dont les personnes âgées constituent pour l'essentiel l'effectif. Ce sont donc ces dernières, dont le nombre ainsi que la proportion ne cessent de croître, contrairement à leurs capacités de production qui déclinent naturellement jusqu'à ce qu'elles disparaissent, qui sont les premières concernées.

Ce n'est pas pour rien que l'un des problèmes parmi les plus ardus auxquels est confrontée la société est son vieillissement, résultat d'une démographique incontrôlée – avec ou sans l'aide d'une mortalité infantile proche de l'éradication ou d'un gain en espérance de vie sans cesse croissant. C'est ainsi que les seniors demeurent des agents économiques en tant que consommateurs, après un passé d'actifs cotisants et avec la contribution des productifs, condamnée à l'inutilité par cette même démographie galopante et l'allongement de la durée de vie de ceux dont elle soutient le vieillissement.



Le schéma ci-dessus illustre et résume l'histoire de la société humaine, réduite à l'évolution du binôme économie-démographie dans une structure incontournablement pyramidale, pendant ses deux derniers millénaires. Et une vidéo de L'INED – Institut national d'études démographiques –, complète ce schéma, en permettant d'y
superposer une dimension en termes d'âges, pour offrir une vision socio-économique de la société pouvant suggérer bien d'autres questions parmi lesquelles : 

- Le vieillissement des êtres vivants, humains plus que de toute autre espèce, n'entraîne-t-il pas un abaissement du prix de la vie de chacun d'entre eux, dans une mesure inversement proportionnelle, non seulement à leur nombre mais à leur âge ? C'est en tout cas ce dont semble attester le fait que 75% de ceux qui meurent du Covid-19 sont âgés de plus de 60 ans (données officielles).
- Les hommes changeront-ils leur archaïque lutte des classes pour une guerre entre générations ?
- Sauront-ils profiter de la leçon que leur donne la nature, avec toute sa brutalité – à moins que ce soit le Dieu des uns ou des autres ou toute autre puissance – pour profiter de leur vie sur Terre, sans en abuser ?


Quoi qu'il en soit et s'il en est encore temps, reste à espérer, pour les “vieux” et quelques autres improductifs, que le refus d'une régulation de la population humaine par les surnatalistes incapables de faire la différence entre mourir et ne pas naître, ne conduise pas à l'élimination pure et simple de tous ses éléments de moindre utilité et coût économiques.