Si un lien a dirigé le visiteur de ce blog vers un article,

celui-ci est ouvert à la suite de l'avant-propos.

Pour en lire un ou plusieurs autres,

faire son choix en fonction des thèmes (libellés)

énoncés dans la colonne de gauche, sous l'avant-propos.



AVANT-PROPOS

Extrait d'un article pouvant être lu en entier à l'adresse ci-après https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2020/04/introduction-la-pyramidologie-sociale.html

Que la société des hommes soit hiérarchisée et tissée d’interdépendances n’implique, de la part de ceux qui se rendent à cette évidence, ni résignation ni le moindre abandon de la plus petite parcelle de ce qui les distingue du reste du vivant connu, qui est leur volonté et leur capacité de toujours améliorer leur condition.

Et reconnaître la pyramide comme représentative de cette société, n’est pas davantage s’égarer dans l’ésotérisme.



C’est, pragmatiquement, une façon de discerner par l’observation de la réalité, sans davantage de prétentions scientifiques que métaphysiques, l’origine profonde des maux d’ordre sociétal dont souffre l’humanité, et se donner ainsi la possibilité de les combattre en connaissance de cause. Car au lieu de cela, plus l’homme s’avance sur le chemin du progrès, moins la vanité qu'il en tire tolère cette vision pyramidale de sa condition, allant jusqu’à la refuser sous prétexte d’incompatibilité, tant avec sa dignité qu’avec son idéal de justice sociale. Or la cause majeure des difficultés qu’il éprouve dans la poursuite d’un tel idéal ne résulte-t-elle pas précisément de son aveuglement, puisqu’il se prive ce faisant d’un moyen essentiel de connaître, au-delà de ses croyances religieuses, politiques, économiques et sociales érigées en dogmes, les lois et mécanismes fondamentaux qui régissent ses rapports avec ses semblables et leur environnement commun ? Qui peut prétendre avoir jamais vaincu un ennemi qu’il n’a pas identifié ?

Ce sont ces mécanismes qu'étudie la pyramidologie sociale, dans leur vérité parfois cruelle mais fondamentale, mettant en évidence la relation incontournable qui existe entre la structure de la société humaine, le nombre de ceux qui la composent, et l’accroissement constant de leurs richesses communes ; matérielles ou immatérielles ; naturelles comme résultant de l’ensemble des activités et autres apports de ses membres, quel que soit le groupe considéré, jusqu'au niveau mondial.

vendredi 8 février 2019

Favoriser la stabilisation de la population pour les générations futures


Encore un article emprunté à https://www.populationmedia.org/


3 février 2019
Note du rédacteur: Ce commentaire est de James S. Andrews, herpétologiste / biologiste de la faune, président du groupe consultatif scientifique sur les reptiles et les amphibiens du Vermont Endangered Species Committee, coordonnateur du projet Vermont Reptile and Amphibian Atlas et chercheur et enseignant associé aux forêts familiales du Vermont à Bristol. Il enseigne également l'herpétologie et l'ornithologie sur le terrain à l'Université du Vermont, est l'un des membres fondateurs de la Salisbury Conservation Commission et est l'organisateur du compte des oiseaux de Noël de Middlebury. De plus, il collabore avec la Vermont Agency of Transportation pour aider à minimiser les impacts de l’infrastructure de transport et du trafic sur la faune.

Lesrécentes déclarations du gouverneur Phil Scott sur son désir d'attirer davantage de personnes dans le Vermont afin de stimuler notre économie sont décevantes. Nous devons maintenant réaliser qu’un modèle économique qui repose sur une croissance continue des populations et sur l’augmentation de leur utilisation des ressources naturelles qui en résulte est insoutenable. Les gens continueront d'émigrer au Vermont depuis d'autres États et aux États-Unis depuis d'autres pays. C'est très bien. Nous devrons nous adapter à cela. Cependant, nous ne devrions pas inviter des personnes ici ou dépenser de l'argent pour les faire venir sur la base d'un modèle économique obsolète et non durable. Nous devrions embrasser et célébrer la stabilisation de la population en cours.

La plupart des pays développés ont connu une baisse de leur taux de natalité. Il faut que cela se produise pour que notre planète survive, et il est préférable que cela se produise plus tôt que plus tard. La stabilisation de la population mondiale est nécessaire pour la disponibilité à long terme d’eau propre, d’air pur, de nourriture adéquate, de ressources forestières adéquates, de possibilités de loisirs de plein air de qualité, de réduire notre empreinte carbone et de réduire au minimum les surfaces imperméables tout en maintenant les populations d'animaux sauvages et les écosystèmes sains et nous dépendons. La stabilisation de la population mondiale ne nécessite pas d’action radicale telle que la limitation légale de la taille de la famille. C'est ce qui se passe ici et il est possible de le faire ailleurs simplement grâce à l'éducation et au transfert des ressources de base nécessaires vers les régions de la planète qui en ont le plus besoin.

J'ai souvent entendu l'argument selon lequel l'augmentation de la population d'une ville augmenterait l'assiette fiscale et réduirait les impôts fonciers. J'avais des doutes que c'était vrai. Un jour, j'ai demandé à un membre du personnel de notre commission de planification régionale du comté d'Addison de calculer le taux d'imposition foncière des villes du comté d'Addison par rapport à la population de ces villes. Les taux d'imposition n'étaient pas plus bas pour les villes plus peuplées. En fait, ils étaient légèrement plus élevés. La raison en est que, à mesure que les villes se développent, les coûts pour les personnes supplémentaires augmentent. Ces coûts incluent plus de dépenses routières, plus d'égouts et de conduites d'eau, plus de lignes électriques, plus de besoins en matière de santé, plus d'incendies, plus de contrôle, plus de pollution, plus d'enseignants et plus de responsables municipaux, pour ne citer que quelques exemples. Tous ces services nécessitent des fonds supplémentaires. Il est vrai que les villes plus peuplées collectent et dépensent plus d’argent et que certains types d’entreprises peuvent réduire les impôts. Mais davantage de personnes ne signifie pas une réduction des taxes foncières et les sommes supplémentaires collectées ne compenseront que partiellement les coûts supplémentaires liés à l’augmentation du nombre de personnes.

Ce type de croissance se fait au détriment des ressources de notre planète, de notre qualité de vie, de la santé de nos écosystèmes vitaux et de nos enfants. Cela va également à l'encontre ou annule complètement tout gain que nous pourrions espérer réaliser avec la réduction de notre empreinte carbone, la lutte contre la pollution, la satisfaction des besoins en matière de santé, la réduction de la perte et de la fragmentation de l'habitat, la satisfaction de nos besoins énergétiques et le maintien d'écosystèmes sains qui soutiennent la vie.

Le Vermont a ici une opportunité de montrer au monde comment maintenir une économie saine avec une population stable. Il faudra un certain ajustement créatif des modèles économiques traditionnels à divers niveaux, mais il faut le faire, et nous nous sommes présentés avec une opportunité merveilleuse et nécessaire que nous devrions saluer. Un logement abordable, de bonnes conditions de travail et des salaires décents sont certes des objectifs louables pour les personnes déjà présentes et pour ceux qui décideront de migrer ici, mais la réalisation de ces objectifs ne devrait pas être le résultat d'un modèle de croissance perpétuelle obsolète et insoutenable. Montrons au monde que nous comprenons ce que la durabilité est et comment faire les ajustements nécessaires tout en maintenant une économie en bonne santé qui ne nécessite pas une croissance perpétuelle de notre population ou notre utilisation des ressources. Notre objectif principal devrait être de laisser une planète en bonne santé à nos petits-enfants. La croissance démographique continue et l'utilisation croissante des ressources naturelles ne nous permettront pas d'atteindre cet objectif.