Si un lien a dirigé le visiteur de ce blog vers un article,

celui-ci est ouvert à la suite de l'avant-propos.

Pour en lire un ou plusieurs autres,

faire son choix en fonction des thèmes (libellés)

énoncés dans la colonne de gauche, sous l'avant-propos.



AVANT-PROPOS

Extrait d'un article pouvant être lu en entier à l'adresse ci-après https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2020/04/introduction-la-pyramidologie-sociale.html

Que la société des hommes soit hiérarchisée et tissée d’interdépendances n’implique, de la part de ceux qui se rendent à cette évidence, ni résignation ni le moindre abandon de la plus petite parcelle de ce qui les distingue du reste du vivant connu, qui est leur volonté et leur capacité de toujours améliorer leur condition.

Et reconnaître la pyramide comme représentative de cette société, n’est pas davantage s’égarer dans l’ésotérisme.



C’est, pragmatiquement, une façon de discerner par l’observation de la réalité, sans davantage de prétentions scientifiques que métaphysiques, l’origine profonde des maux d’ordre sociétal dont souffre l’humanité, et se donner ainsi la possibilité de les combattre en connaissance de cause. Car au lieu de cela, plus l’homme s’avance sur le chemin du progrès, moins la vanité qu'il en tire tolère cette vision pyramidale de sa condition, allant jusqu’à la refuser sous prétexte d’incompatibilité, tant avec sa dignité qu’avec son idéal de justice sociale. Or la cause majeure des difficultés qu’il éprouve dans la poursuite d’un tel idéal ne résulte-t-elle pas précisément de son aveuglement, puisqu’il se prive ce faisant d’un moyen essentiel de connaître, au-delà de ses croyances religieuses, politiques, économiques et sociales érigées en dogmes, les lois et mécanismes fondamentaux qui régissent ses rapports avec ses semblables et leur environnement commun ? Qui peut prétendre avoir jamais vaincu un ennemi qu’il n’a pas identifié ?

Ce sont ces mécanismes qu'étudie la pyramidologie sociale, dans leur vérité parfois cruelle mais fondamentale, mettant en évidence la relation incontournable qui existe entre la structure de la société humaine, le nombre de ceux qui la composent, et l’accroissement constant de leurs richesses communes ; matérielles ou immatérielles ; naturelles comme résultant de l’ensemble des activités et autres apports de ses membres, quel que soit le groupe considéré, jusqu'au niveau mondial.

samedi 28 mai 2016

Luttes sociales, démographie et écologie

Durant les trois derniers siècles et notamment pendant celui qui vient de s'achever, les instaurateurs de la lutte des classes et leurs disciples ont vainement plongé l'humanité dans une monstrueuse aventure se soldant par des centaines de millions de victimes, y ayant trouvé la mort ou continuant de vivre dans une misère souvent accrue. Une telle situation et la persistance des revendications sociales les plus élémentaires ne témoignent-elles pas de l'aberration de cette lutte ? Ceux qui s'obstinent à cultiver cette archaïque pensée révolutionnaire qui prône la dictature du prolétariat, comme ceux qui les écoutent et les croient avec plus ou moins de conviction, devraient y réfléchir. C'est d'autant plus nécessaire et urgent que la prolifération de l'espèce humaine aggrave chaque jour l'état de la société, au détriment premier de ceux qui ont déjà le plus à s'en plaindre. Plus d'un milliard et demi de pauvres profonds survivent de nos jours dans l'errance ou dans des bidonvilles, des camps et des villages de fortune qui se multiplient partout sur la planète.
Mais tout se passe comme si nul n'avait encore compris, ou voulu admettre, que les inégalités sociales que certains prétendent réduire à défaut de pouvoir les éradiquer, croissent avec : la population, le progrès et l'enrichissement de la société ; ces facteurs se combinant pour animer un mécanisme inexorable, dont l'étude de la pyramide sociale rend compte.
C'est à sa suprême et légitime volonté d'améliorer sa condition, que chaque homme applique les facultés dont la nature l'a très inégalement pourvu. C'est ainsi que chacun – consommateur et/ou producteur – contribue à un progrès profitable à tous, dans tous les domaines. Et c'est de la sorte que la civilisation progresse, quel que soit le frein devant être mis à la cupidité et à l'égoïsme de certains, dans une confusion générale entre bonheur et richesse. Le progrès, précisément parce qu'il naît de la volonté de l'homme d'améliorer sa condition, ici et maintenant, poursuit sa marche envers et contre tout, avec ses hauts et ses bas, ses abus et ses insuffisances, mais accompagné d'un accroissement de la richesse de la société qui en est la première expression, quelles que soient les difficultés d'un partage équitable de cette richesse.
Alors que chacun doitreconnaîtreau progrès et à l'enrichissement de la société leur caractère inéluctable tout en réprouvant les conditions de leur partage, l'augmentation de la population, troisièmefacteur d'accroissement des inégalitéssociales, estencouragée, auxmotifs qu'« il n'est de richesse que d'homme » et que la vie est une force invincible. Or, quelle que soit la puissance de la vie, l'homme à la faculté d'y mettre un frein, contrairement à ce qu'il en est pour les autres espèces animales, soumises à leur seul instinct. Y compris quand l'amour ou plus communément l'intérêt s'en mêlent, l'être humaina la faculté d'y opposer laraison.
Le facteur démographique estdonc lepremier– voire le seul – sur lequel l'homme puisse agir, sans autre effet sur le progrès que son ralentissement, par réduction du nombre de ceux qui le servent. Ladénatalitéapparaîten conséquence comme le seulmoyen de réduire, durablementet sans violence, lesinégalités sociales et la plupart des maux de l'humanité qui en découlent. Sans compter le bénéfice résultant pour la planète et les autres espèces qui la peuplent, d'une réduction du nombre de leurs premiers prédateurs.